Gniii, c'est bientôt la rentrée !

by 23:21 0 commentaires

J'ai menti. La rentrée, ce n'est pas pour bientôt. Mais j'aime à croire que si. Ayant obtenu le CRPE cette année, je serai professeur des écoles dans une classe de CE1-CE2 à mi-temps à la rentrée. Mon état d'excitation (et d'angoisse) est tel qu'il m'empêche de me reposer aussi bien que de préparer l'année à venir sérieusement.

Habituellement, j'aurais paniqué face à tel constat. Pour une fois, j'ai choisi d'innover. J'ai décidé de m'autoriser à vivre sur mon petit nuage jusqu'à la fin du mois de juillet maximum ; ensuite, il sera toujours temps pour moi de me donner des claques pour en descendre. En attendant que la panique prenne le  dessus sur l'excitation, j'ai eu envie de vous raconter des petites anecdotes en direct de mon nuage.

 Source photo : pixabay.com par RyanMcGuire


J'ai rêvé de la veille de la rentrée.

Et ce n'était pas glorieux. J'étais au téléphone avec ma mère, qui me demandait comment j'allais m'habiller pour cette première rentrée en tant qu'enseignante. Je lui répondais que je n'y avais pas encore franchement réfléchi. Elle me répondait, agacée, qu'il serait quand même bien temps que je m'en inquiète. Je raccrochais, je cherchais LA tenue adéquate dans ma garde-robe et... horreur et damnation, je n'avais rien de correct à porter pour ma rentrée ! Mes pantalons étaient usés, mes jupes indécemment trop courtes, mes robes délavées ou tachées...

Niveau d'angoisse maximal. Je suis allée acheter ma tenue de rentrée le lendemain (pantalon gris, chemise à longues manches, blanche à fines rayures bleues). J'ai appelé ma mère pour lui raconter mon rêve et lui dire que, dans la doute, j'étais allée acheter ma tenue. Elle m'a dit : "Mais tu n'as pas peur d'avoir chaud, avec une chemise à longues manches, si c'est une belle journée de septembre ?".

Niveau d'angoisse maximal (bis). Le lendemain, je suis allée acheter une blouse à manches courtes. On-n'est-jamais-trop-prudent.

J'ai fait mes courses de rentrée cette semaine.

Dans les rayons de Cultura, j'étais la seule adulte non accompagnée d'un / plusieurs enfant(s). J'ai passé 5 bonnes minutes immobile devant les classeurs pour choisir LA bonne couleur pour mon classeur de bord puis 5 autres bonnes minutes immobile devant les ciseaux pour choisir ceux de LA bonne taille, LES bons matériaux pour la prise en main, etc. Regards interrogateurs de la part des autres adultes assurés.

J'emprunte des tonnes de livres.

Les livres de pédagogie coûtent une fortune alors, avant de me lancer dans les achats, je souhaitais me faire une idée de ceux qui allaient m'être utiles ou non, me plaire ou non, etc. Des collègues ont gentiment accepté de me prêter plusieurs ouvrages, ce qui va me permettre de me faire une idée avant d'acheter.

J'imagine la rentrée dans ses moindres détails.

Je me doute qu'il est impossible de tout prévoir et que j'aviserai sur le moment. Néanmoins, j'essaie d'imaginer ma rentrée sous plusieurs angles pour ne pas oublier les essentiels (me mettre d'accord avec la collègue dont je complète le mi-temps sur quel cahier sert pour quelle matière, vérifier que les élèves n'ont pas déjà lu l'album que je prévois pour la rentrée, etc.).

Je fais des listes.

D'albums que je pourrais lire ou faire lire. A la rentrée, au début de l'hiver...
De ressources à proposer en autonomie.
De morceaux de musique à leur faire écouter.
De manifestations culturelles qui ont lieu près de l'école et auxquelles ils pourraient participer.
Et j'en passe.

Et vous, vous la vivez comment la rentrée 2018 ? En tant que parent ? En tant qu'étudiant ? En tant qu'enseignant ? De loin, hors du système scolaire ?

Coco Cacao

Blogueuse

Étudiante, un quart de siècle, future maîcreeeeesse, perfectionniste-jamais-contente, touche-à-tout, à la recherche de soi-même et de copinautes avec qui partager ce qui fait notre quotidien !